de
en
fr

Dans les bâtiments neufs, le risque de formation de moisissures est particulièrement faible avec une bonne isolation et la haute température des composants, non ?

Même en procédant de manière minutieuse, des petits ponts thermiques et des coins froids ne peuvent pas être évités. En raison de la haute étanchéité des bâtiments, l’air ambiant est particulièrement humide dans les maisons dans la mesure où aucun système de ventilation n’est installé. L’humidité arrive dans les endroits plus froids, même s’il n’y en a pas beaucoup, et peut provoquer la formation de moisissures qui sont partiellement invisibles.

La Fédération allemande Asthme et Allergies (Deutsche Allergie- und Asthmabund e.V. – DAAB) a déjà constaté de manière concrète dans le hors-série n°3/98 sur les allergies « que, selon la nouvelle ordonnance sur la protection thermique, l’apparition d’acariens et la formation de moisissures est fréquente dans les maisons à basse consommation d’énergie disposant d’une bonne isolation à la chaleur étant donné que le taux insuffisant de renouvellement de l’air en résultant (moins de 0,1/heure) a entraîné une modification du microclimat à l’intérieur des maisons, les conditions du biotope étant optimales pour les microorganismes. »

Aperçu avant impression

0 Articles dans le dossier d‘impression

renovation Bâtiments remis à neuf
new-building Bâtiments neufs